DE RETOUR DANS MON PARADIS OUBLIE

Les gorges du Haut-Allier

Dimanche 04 mai 2014, je suis sur la route, le week-end sur le Guiers vient de se terminer et les copains commencent déjà à me manquer. Quel bonheur de partager ces instants avec eux, de découvrir une nouvelle région en compagnie de Patrice et de ses amis.
Mais une semaine de pêche dans mon paradis m’attend, et cela me redonne du baume au cœur.

Image

A peine arrivé, je saute dans les waders pour ramasser des patraques pour le lendemain
L’eau est très basse pour la saison, mais glacée. Une discussion avec Claude RIDOIRE me revient en mémoire, demain il faudra pêcher des courants de faibles profondeurs (pas plus de 1,50 mètre) et surtout attendre le soleil ….

Image

9H00 : Il a gelé cette nuit, les truites ne sont pas encore dehors.
9H30 : Premières touches, le début d’une belle semaine.

Truites et ombres sont présents et surtout très mordeurs. Les ombres sont assez gros, entre 45 et 50 cm. C’est la première année que j’en touche autant, le séjour en Norvège et les conseils de Richard GARCIA portent ses fruits …

Image

La température augmente tout au long de la semaine, les eaux se réchauffent jusqu’à 12°C.
Pêche tous les jours, des paysages toujours aussi dépaysant, mais surtout un sentiment d’isolement total.
Des parcours totalement vierges, un vrai bonheur de nos jours. Bien sûr il faut avoir une bonne condition physique, mais le détour en vaut la chandelle.

Image

Cette semaine s’achève, malheureusement je devrai dire car il est triste de partir d’un endroit aussi reposant. Mais il faut partir pour pouvoir encore le redécouvrir et continuer à s’émerveiller.

Image

Jérôme ROCHEFORT.

Publicités

2 commentaires sur “DE RETOUR DANS MON PARADIS OUBLIE

  1. Bonjour Patrick, merci pour ce super témoignage et retour en arrière.
    Je suis moi aussi basé au camping de Châpeauroux, Mr et Mme VERDOIRE qui tenait l’hôtel/bar/restaurant viennent de cesser leur activité après bien des années d’accueil ….
    Le châpeauroux est toujours aussi splendide, un peu plus pêché que de ton époque, mais cela a bien diminué depuis la sortie de l’entente halieutique de la Lozère. Par contre, les gobages se font plus rares, les poissons se nourrissent maintenant beaucoup moins en surface.
    Pour l’allier, les parcours en amont du village sont un peu fréquentés mais la densité de truites est importante, les parcours en aval restent quand à eux quasiment vierges (entre châpeauroux et pont d’alleyras). Pour descendre de Genestouse, il faut bien 3/4 d’heures de marche, beaucoup de sueurs pour la remontée, ceci explique aussi cela ….
    Si des fois tu reviens un jour dans la région, n’hésites pas à me contacter, je t’accompagnerai avec plaisir.
    Amitiés
    Jérôme

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s