HAMECONS ET APPÂTS

HAMECONS ET APPÂTS

Alors que l’on vient de voir la plombée, il semble logique de traiter l’hameçon/appât. Sur une ligne, ces deux sujets sont intimement liés et complémentaires. L’un sans l’autre ne veut rien dire.

Les produits utilisés pour la pêche, quels qu’ils soient, ont bien évolué au cours des dernières années.

Les hameçons n’ont pas dérogé à cette règle.

J’ai connu l’hameçon qui était unique dans sa forme, qui rouillait, cassait très facilement et ne piquait pas. D’ailleurs certain pêcheurs avait un accessoire pour les aiguiser. Une seule forme pour tous les appâts !! Heureusement, les poissons étaient moins délicats qu’à ce jour. Il me serait aujourd’hui impossible de pêcher dans de telles conditions, les habitudes sont vite prises, surtout lorsqu’elles amènent une certaine facilité et des possibilités d’évolution.

Ne parlant et n’écrivant sur ma pêche que part rapport à mes connaissances dues en grande partie à des expériences et du temps passé au bord de l’eau à sans cesse essayer de comprendre pour progresser, je me suis rapidement aperçu que la chance d’avoir plusieurs formes et numéros d’hameçons était une condition très importante à laquelle il fallait que je m’attache afin de l’utiliser le plus intelligemment possible. Je peux dire que cela a rapidement modifié mes résultats, faisant naître des idées et sensations nouvelles. Certains choix à effectuer, plus particulièrement sur la vie de la ligne sous l’eau, devinrent plus clairs et plus précis. Je suis obligé de dire qu’une merveilleuse présentation d’appât sur l’hameçon va obligatoirement valoriser la qualité de la dérive et devenir bien plus intéressante pour la truite. Je pense fortement que sur 10 poissons prenant mon appât, 3 ou 4 comblent un besoin nutritionnel et les 6 ou 7 autres succombent à la qualité de passage. C’est là que l’on se rend compte de l’importance du choix de l’appât, c’est évident, mais également du choix de l’hameçon et de sa taille.

Quelque soit l’appât, je ne pêche qu’avec des hameçons nickelés. Lorsque l’eschage est bien fait, seul la pointe (quelque fois la palette pour tous les appâts épinglés) est visible et dans son passage crée de temps en temps des petits reflets liés à l’appât, ce qui amène un plus. La meilleure preuve est le leurre métallique ou autre qui intéresse fortement la truite grâce à leurs reflets,  il ne faut donc pas négliger cet  avantage supplémentaire.

La Règle Incontournable : l’hameçon doit toujours correspondre, par sa forme et sa taille, à l’intention que nous avons sur la façon de présenter notre appât. Enfilé, épinglé, un enfilé et un épinglé ? Répondre de manière parfaite à ces nécessités est réalisable, faut-il encore avoir à disposition dans son gilet les différents hameçons pouvant autoriser le bon choix. Il faut ce dire qu’il est à  ce jour fortement déconseillé de faire certaines erreurs comme par exemple, mettre une mouche naturelle sur un hameçon à ver, ou simplement sur un hameçon trop gros, une teigne de petite taille sur un n° 8 ou 10 etc. Penser que l’hameçon et l’appât ne doivent faire qu’un pour que l’effet produit dans notre dérive soit en permanence crédible, c’est-à-dire très naturel, j’ai envie de dire encore plus beau et attractif que lorsque l’appât passe seul naturellement.

Très souvent le même appât n’a pas la même grosseur. On achète une boîte de teigne ou de vers, il est évident que dans ces boîtes les appâts ne sont pas calibrés. Ce constat veut dire que, alors que l’on a déjà décidé de la forme de l’hameçon à utiliser, il faudra contrôler la taille moyenne de l’appât, ce qui nous aidera à faire un choix rationnel pour le n° à utiliser.

Utilisant 4 formes d’hameçons, j’associe à chacune d’elle des appâts et eschages différents.

ImageImageImageImageImage

      HAD              HAR                        HAV                      HSA                      HSV

 HAD : hameçon anti-décroche

–        Les vers de terre de taille petite et moyenne, avec n° en rapport.

–        Teignes soit : 2 avec l’une enfilée entièrement et l’autre épinglée ou 1 seule enfilée au 2/3 (lorsque l’on enfile une teigne entièrement ou au 2/3, la piquer sous la tête coté ventre et la remonter au dessus de la palette pour habiller l’hameçon)

–        Sauterelles (la piquer derrière la tête sur le dos et l’enfiler entièrement ou à moitié, suivant sa grosseur)

–        Patraques ou pataches si elles sont grosses (piquer sous la tête coté ventre et enfiler entièrement).

 Sauterelle prise par un ombre

Image

 HAR : hameçon ardillon retenue

–         Vers d’eau lorsque l’on en met 2 (un enfilé piqué sous la tête et entièrement enfilé, le 2° épinglé, piqué sous la tête sur le dos et ressortir la pointe de l’hameçon sous la tête coté ventre).

–         Asticots (lorsque c’est autorisé) en mettre 2 (un enfilé piqué par la partie pointue et enfilé entièrement, le 2° juste épinglé par le gros bout).

–         D’une façon générale les appâts de taille plutôt petite lorsque l’on en met 2, un enfilé l’autre épinglé ou un seul enfilé.

Image

HSA : hameçon sans ardillon (le même que le HAV).

–        Pareil que le HAR ou le HAV, pour pêcher sans ardillon.

Image

HAV : hameçon appâts vivants

–        Mêmes appâts et mêmes eschages que ceux vus pour le HAR et également les mêmes appâts lorsque l’on pêche avec un seul épinglé (dans ce cas là penser à changer le n°).

–        Teigne épinglée (la piquer derrière la tête et ressortie coté ventre sous la tête également).

–        Larves fragiles

Image

–        Mouche naturelle (2 eschages possibles : 1°- la piquer sous la tête    coté ventre dans le thorax et ressortir au fond de l’abdomen. 2° – la piquer coté ventre au fond de l’abdomen et ressortir entre le thorax et la tête soit exactement l’inverse).

Image

 HSV : hameçon spécial ver

–        Vers de terre de taille relativement grosse.

Image

Un appât enfilé ou épinglé doit toujours habiller parfaitement l’hameçon. Toute disproportion entraînera des résultats négatifs tels que pas ou peu de touches, ferrage dans le vide ou poisson décroché.

Les truites qui sont en poste pour se nourrir prendront l’appât de manière plus franche dans la mesure où arrivée très prés de ce dernier, la plupart du temps, elles l’aspireront. On aura donc toutes chances d’avoir l’appât et l’hameçon dans la bouche au ferrage. La pointe de l’hameçon se plantera alors dans les lèvres, parties dures qui demandent un hameçon avec un bon piquant.

Image

Les truites qui attaquent l’appât par instinct grâce a une qualité de présentation et de dérive, vont arriver très vite sur celui-ci et en le prenant risquent de sentir immédiatement qu’il n’est pas naturel. Elles vont le souffler aussitôt et un ferrage légèrement tardif entraînera souvent un décrochage ou un rater. Cela sera revu dans la visualisation des touches.

Un bon choix d’appât et d’hameçon accompagnant une bonne plombée le tout sur une belle ligne comme nous avons vu sera un autre élément déterminant. Aurions-nous atteint par hasard cette fameuse homogénéité et fluidité ? Si oui et bien ce n’est pas par hasard !!! Vivement que l’on soit au bord de l’eau….

Image

Publicités

43 commentaires sur “HAMECONS ET APPÂTS

  1. Vivement l’article relatif à la visualisation des touches. J’aurai beaucoup à apprendre sur le sujet. Pour ma part, j’ai délaissé le HSV (je ne pêche quasi exclusivement qu’au vers de terre) par une trop grande part de « loupés ou décrochés » toujours frustrants, et cela au profit du HAD avec lequel je sent bien que mon vers est moins beau dessus, mais qui me rend plus efficace.

    Il y a encore du boulot, hein…?

    A+
    Maurice

    1. Il y a au moins 2 raisons à ton problème, la 1° est que le HSV est fait pour des vers de terre assez gros ou gros, la 2° il se peut que tu visualise avec un peu trop de retard. A voir, si tu fais un stage tout cela sera vu.

  2. Quel plaisir de lire ces articles,
    je me régale et mesure la complexité de cette pêche, ce qui me passionne de plus en plus.
    Je n’utilisais que des HAD et quelques HSA que j’avais pris pour faire du parcours no kill.
    Finalement je pense que ma saison de pêche 2013 va être vachement plus compliquée
    que 2012, va falloir (tenter de) mettre en application tous ces bons conseils qui sont en fait pleins de bon sens, mais faut il encore y penser.
    merci encore

    1. Tout cela ne va pas compliquer la saison 2013 mais tout au contraire, amener encore plus de plaisir et de satisfaction, faire évoluer la technique afin de mieux s’adapter aux conditions auxquelles nous sommes chaque fois confrontés, découvrir des parcours jugés quelques fois inintéressant jusque là, toucher de beaux poissons et enfin le plus important: comprendre pourquoi on pêche bien ou moins bien ou mal car les jours de pêche se suivent mais ne se ressemblent pas forcement..

  3. Bonjour,la je fais une demande au distributeur de matériel «  »Pierre Sempé »,en mon nom bien sur de mon compagnon de pêche,et de personnes rencontrées au bord de l’eau.
    Donc,comme nous sommes sur les hameçons,voici ma question.
    Alors,que les paquet coûte autour de 4.60 e pour 15!!!!!!,n’est il pas envisageable de faire des boîtes de 100 pièces ou minimum de 50.Afin de réduire les coûts d’emballages et de bénéficier d’un meilleur pris par plus grosse quantité.Je trouve pour certains modèles,certaines marques mais pas toutes.
    Pour moi,et d’autres c’est principalement ce genre de conditionnement qui dirige mon chois.

    1. C’est le distributeur qui vous répond. Ce type de conditionnement a été essayé de 1997 à 1999 et de 2002 à 2004. On s’aperçoit que sur la quantité des utilisateurs, il y a un pourcentage très faible d’intéressés. Il n’est pas facile et pas possible (pour une petite Sté comme la mienne)d’avoir des produits qui n’ont pas un roulement. Certains peuvent se le permettre.

  4. Quand je parlai de « compliquer » c’était tout à fait dans le sens de cette évolution des savoirs et du plaisir qui en découle avec toujours pour moi avec la satisfaction d’apprendre de nouvelles choses.

  5. merci pour cet article

    je me permets également de faire une demande

    comme robert je pense qu’un conditionnement par boite de 100 serait le bienvenu.
    Autrement je pêche beaucoup au dendros ou ver de taille équivalente , j’utilisais donc les HSV N10 et N8 mais je les ai abandonné, car comparé à ceux que j’utilise maintenant, ils sont trop fort de fer avec des ardillons trop gros.

    autrement tous vos hameçons sont nickelés, est-ce pour ajouter un effet leurre?

  6. Pour des vers assez gros et meme poyens car c est un appat dense , je ne pense pas qu un hameçon fort de fer soit une gène . Ce qui est interressant c est avec la teigne qui naturelement flotte . On peut soit la transformer en appat lourd en l enfilant avec un HAD de 16 ou 14 suivant sa taille . Elle sera alourdie par le fer de l hameçon et passera très près du fond . Au contraire on peut profiter de sa légèreté en l épinglant sous la tete avec un HAV de 15 plus fin de fer qui la laissera vivre dans l eau .
    On a deux appats en un . Personnelement j aime beaucoup pécher a la teigne tout au long de l année .

  7. oups j’ai lu trop vite…j’ai cru remarquer que les nickelés apportaient un plus.

    ok pour le fort de fer , reste le micro-ardillon, c’est vrai on peut écraser l’ardillon mais en ruisseau encombré on décroche alors beaucoup de truites en déboitant par exemple

  8. tu as raison pour la position de l’oeillet c’est très net en nymphe, j’utilise aussi souvent les hameçons mouche, par contre je ne connais pas le faux noeud, je vais chercher

  9. Une phrase me parait très importante , je cite :

    Je suis obligé de dire qu’une merveilleuse présentation d’appât sur l’hameçon va obligatoirement valoriser la qualité de la dérive et devenir bien plus intéressante pour la truite. Je pense fortement que sur 10 poissons prenant mon appât, 3 ou 4 comblent un besoin nutritionnel et les 6 ou 7 autres succombent à la qualité de passage.

    D une peche d alimentation , comme la plombée au ver ou au poisson mort ou a ce qu on veut , on entre donc dans une peche incitative . Un peu comme une peche aux leurres . Je crois que c est important d en etre conscient , finalement l appat ne fait pas tout c est la présentation qui crée la vie et qui déclenche l attaque . Un peut comme au poisson mort manié ou l on crée la vie par l animation , la c est l ensemble plombée hameçon- appat- dérive qui va la créer .
    Toute ces données c est nous qui les choisissons .

  10. Je pêche à la teigne la plupart du temps (un peu de petits vers en début de saison si les eaux sont très troubles, des patraques lorsque je vais dans les Pyrénées si j’en trouve). La ramarque de Jean-Christophe m’intéresse donc au premier chef : jamais je n’avais pensé que l’on pouvait avoir deux appâts en un. J’ai hâte d’essayer en changeant le type d’hameçons.
    Par ailleurs, je rejoins Robert et Emmanuel. Je suis un gros consommateur d’hameçons et un conditionnement par 100 avec tarif allégé serait le bienvenu.

  11. Je suis à la foi heureux et rassuré que Patrick vous parle de ses hameçons de type mouche, car moi aussi j’ai franchi ce pas depuis pas mal de temps.
    Néenmoins les hameçons de type HSV sont excellents mais pour moi il ne s’adresse pas forcement à des vers dit « gros » c’est à mon avis une grossière erreur de ne pas les utiliser.
    1- la régle d’or est la proportionalité et dans cette gamme un 14 peut parfaitement s’adapter à des « petits vers ».

    2- la forme revet ici un intérêt particulier qui confère une tenue sans défaut de présentation mais plus particullièrement assure la continuité de cette présentation dans les dérives succésives que vous faites subir à votre appât.

    3- enfin la hampe est et doit être relativement longue pour assurer une qualité accru du passage de ligne et c’est surtout pour cela que cet hameçon est intéressant, je pense pouvoir en parler un peu car je pratique beaucoup la pêche au ver même en plein été la ou d’autres n’ose plus pêcher avec cet appât.

  12. Personnellement , je vois pas trop l interet d un hameçon mouche . Je trouve que suivant la luminosité il est plus facile de faire un noeud sur un hameçon a palette que de faire passer un fil dans un petit oeillet . Au niveau solidité ça doit se valoir , pour la présentation on dirait que l hameçon a palette reste mieux dans l axe de la ligne . Je me pose aussi la question , en pechant a deux asticots , difficile de faire passer l oeillet dans celui qu on enfile …??? Non.

  13. L’intérêt de l’utilisation de ce type d’hameçon est intéressant.

    Historiquement la pêche à l’anglaise outre atlantique présentait il y a plus de 30 ce type d’hameçon en pêchant à grande distance les poissons blancs et même à l’asticot ou caster.

    J’ai mis longtemps à l’utiliser alors que je l’avais dans ma boite, comme beaucoup de pêcheurs se jure d’essayer quelque chose de différent.

    D’un point de vue présentation il ne présente pas de différence à mon avis notable, mais l’attache est pyrénéenne directement puisque de par sa réalisation il ne comporte pas d’enroulement, ce qui permet aussi de refaire le montage sans refaire la ligne.

    Le plus important est qu’il faut que la hampe soit parfaitement dans l’axe (hameçon droit),

    Pour la réalisation du noeud rien de plus simple, je pense que Patrick Roux utilise le noeud Palomar quand il parle du noeud des carpistes.

    Personnellement j’utilise un raccordement qui ferait frémir plus d’un pêcheur tant sa réalisatiion est simple (ce qui d’ailleurs est trés important pour l’utilisation de l’asticot) et sa solidité est à toute épreuve, je l’ai testé moult fois et je peux dire qu’il est aussi solide que n’importe quel noeud.

  14. ..même avis et je me pose la même question que JC.
    Pour moi,soit le noeud sur l’anneau mouche,est le noeud de palomar,et la je na comprend pas trop.Ou alors le Pyrénéen comme sur un hameçon normal.
    Et la je ne vois pas l’avantage.Ou alors un autre noeud,?
    Je pêche l’asticot par deux également,et l’hameçon type mouche me semble bien gros aussi.

    1. Ce que voulais dire, c’est quand confectionnant l’attache sur un hameçon à oeillet tu as le fil qui se positionne de la même façon qu’un montage pyrénéen ceci étant la finesse et aussi la qualité de conception de l’hameçon sont à prendre en considération pour la problématique de l’oeillet.

      Concernant le noeud Palomar c’est juste une supposItion que j’ai faites en pensant que c’est celui qu’utilise Patrick Roux, il pourrait peut-être te le confirmer à contrario l’infirmer, son avis technique aussi serait intéressant.

      1. Je n’arrive pas à comprendre quels peuvent être les + d’un hameçon à oeillet dans la pratique aux appâts vivants, tant au niveau du recouvrement et de l’habillage de l’hameçon, que dans la présentation et son comportement sous l’eau. De plus lorsqu’on ne fait qu’épingler????? Après il y a peut être comme il est dit plus de facilité a remonter l’hameçon lorsque l’on a cassé. Personnellement je crois que lors qu’on a cassé, la ligne mérite tout simplement d’être refaite correctement. On sait très bien que faire glisser les plombs sur le nylon pour les repositionner n’est pas ce qu’il y a de mieux. Quant à la solidité du noeud pyrénéen il ne peut être mis en cause, ce n’est pas un noeud mais une ligature, donc aucun échauffement au serrage.

  15. Je souhaitais en parlant de cet hameçon dire qu’il était utilisé comme tel depuis pas mal de temps en Angleterre et bien qu’il soit avec oeillet il n’était pas exclusivement utilisé qu’a seule pêche dite « à la mouche ».

    Il va de soi que le montage pyrénéen n’est pas en remettre en cause, je souhaitais faire comprendre que le montage sur un hameçon à oeillet permettait de positionner le fil dans l’axe comme le montage pyrénéen.

    Mais sur le fond le fait de refaire sa ligne aprés une casse est plus sage.

  16. Tu as bien raison chacun pêche comme il veut ou du moins comme il peut. Lorsque je parle d’appât que l’on remonte pour couvrir l’hameçon, ce n’est pas du n° 18 c’est mini du 14. Lorsque l’on utilise du 18, c’est à 99% des cas pour épingler, du moins dans la pêche que je pratique.

    1. bonjour à tous,je peche essentiellement les grandes rivieres pyreneenes le plus souvent à l »asticot car j’aime la finesse de cette peche entre autres;mes resultats en terme de prise sont assez corrects,chaque année j’arrive à ferrer plusieurs gros poissons(50,60cm) et là les problemes commençent,en effet,apres de longs combats,ils finissent toujours par une décroche(pas de casses),quel type et quelles tailles me conseillez vous pour 1asticot(enfilé) ou 2 asticots(enfilé,épinglé) capables de venir à bout de ces beaux poissons?….pierre,j’attends aussi avec impatience votre article sur la tenue de ces poissons sur fil fin (12 cent),faut il les ramener d’autorité et les brider à la limite de la casse?les laisser « promener » tranquillement?(sur les plages),quelles positions faut il adopter avec la canne? etc,,,merci encore de nous éclairer de vos savoirs mr sempé.

      1. Il est vrai que lorsque l’on ferre des gros poissons, comme vous dites, c’est là que les problèmes commencent, mais ce sont les plus beaux problèmes, ceux dont on rêve!
        Nous allons voir ce sujet très bientôt et je suis presque sûr que vous y trouverez les solutions.
        Pour ce qui est de la pêche à l’asticot et de l’hameçon à utiliser: 2 peuvent très bien présenter l’appât.
        En 1° le H.A.V. Suivant la grosseur des asticots (qui sont généralement assez gros chez les détaillants pyrénéens) il faudra utiliser un n°14 pour un asticot enfilé et le second épinglé et un n°16 pour un seul asticot épinglé (à réserver plutôt dans les eaux d’étiage).
        En 2° le H.A.R qui a une tige un petit peu pus courte un fer un petit peu plus fort. Mêmes n° que pour le H.A.V.
        Dans tous les cas je ne crois pas si vous utilisez ces hameçons et ces n° que vos décrochages viennent de là. On peut très bien tenir et attraper de gros poissons avec des petits hameçons.

  17. Bonjour Mr sempe, fervant admirateur de votre technique et de vos conseils, une question me tarode…depuis que j’ai commençé le toc, environ 5 ou 6 ans seulement,je m’interresse à deux grands pecheurs que j’admire, vous et Mr alphonse Arias. videos, livres,articles, j’essaye de voir un maximum de chose afin de me perfectionné plus chaque jour au bord de l’eau et de pouvoir un jour prétendre étre un vrai bon pecheur.Alors voilà ma question en rapport avec mes deux « professeurs ».
    Pour Mr Arias, les hameçons de couleur par rapport l’appats sont de rigeur tandis que pour vous, uniquement du nickelé. L’un avançe que la plus grande discretion est trés importante,d’ou la couleur appropriée, et vous, Mr Sempe, mettez en avant que justement le coté brillant,et donc,un tout petit peu voyant,apporte un réel plus qui agite la curiosité de nos belle dame fario… aidé moi car je n’arrive pas à tranché! les vrai truites,de souche,née dans la riviére,celle qui peuvent prétendre à cette belle robe qui nous fait tant chaviré de bonheure, certaine ne sont elle pas méfiante par cette lumiére sous l’eau provoqué par vos hameçon? Et par votre expérience,bien plus grande que la mienne j’en doute pas, avez vous déja péché avec des hameçons de couleur selon l’appats choisis? les résultats était t’il vraiment différents par rapport à vos hameçon nickelé d’aujourd’hui? Ou bien justement, est ce que Mr Arias qui utilise des hameçons de couleur ne peche t’il pas un peu à l’ancienne sans vouloir le jugé méchament. faut il justement continué à faire évolué notre matériel car les truites évolus elles aussi au point de les attirées grace à des hameçons/appats legerement brillant?
    J’ai hate d’avoir votre avis sur le sujet je vous en remerci d’avançe.

  18. Bonjour a tous!
    voila j’ai bien lu tout les messages de chacun mais j’aimerais savoir avec quel type de noeud vous attacher vos hamecons.
    J’ai vu la technique de monsieur Sempe lors du salon de clermont mais impossible de m’en rappeler !!
    Merci encore a tous

    1. Le type de noeud utilisé est appelé le noeud pyrénéen. Il est vrai qu’il est spécial. Je vais essayer (dès que je pourrai) de faire une petite vidéo pour la mettre sur le blog afin que les visiteurs puissent la télécharger.

  19. Je pense que ce type d’information peut concerner les pêcheurs au appât naturel que nous sommes et qui collecte des vers en pleine nature :
    Il s’agit d’une alerte et demande d’information d’un scientifique de renom :
    ( http://scholar.google.fr/citations?view_op=view_citation&hl=fr&user=N2YjBSYAAAAJ&citation_for_view=N2YjBSYAAAAJ:aqlVkmm33-oC )
    Cette alerte concerne la présence anormale en France d’un ver plat tueur de lombrics.
    Toute les explications et contact ci-dessous : :
    http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/finistere-alerte-au-ver-plat-tueur-de-lombrics-17-04-2013-2074089.php.
    Merci de faire suivre cette informations a vos réseaux respectif

    1. Suivant la grosseur des mouches j’utilise le H.A.V en 14 ou 16 ou le H.A.S en 14 et 16 . On peut également utiliser le H.A.R, c’est à dire des hameçons à tige courte et toujours si possible bien proportionnés à la grosseur de la mouche.

  20. Bonsoir, pensez- vous qu’il soit possible de pêcher aux appâts naturels avec des hameçons sans ardillon? L’esche peut elle se maintenir sans glisser?

    1. Oui bien sûr c’est possible, mais il faut dire qu’il sera plus facile de tenir les appâts sur son hameçon lorsque l’on pêche des petits cours d’eau que lorsque l’on est en rivière. Effectivement en fin des dérives courtes on ne ramène pas sa ligne à contre courant sur de grandes distances alors qu’en rivière c’est le cas car les dérives sont bien plus longues et c’est en effectuant cette manœuvre que les appâts ont tendance à glisser avec la pression de courant qu’ils ont dessus. Il me semble que dans ces cas là il est préférable d’écraser l’ardillon. Il reste alors une petite bosse, un renflement qui aide à garder l’appât sur l’hameçon. Mais, même ainsi, il est bon de surveiller son eschage très régulièrement.

  21. Question à qui veut bien répondre : le ver de farine peut-il être une bonne esche pour la truite ?
    Merci d’avance à tous.

    1. Je ne suis pas personnellement un fan de cet appât pour deux raisons :
      1° – le ver de farine n’est pas un appât vivant naturel, de plus il n’a pas de vie, de mouvement incitatif pour la truite lorsqu’il est sur l’hameçon. On peut dire qu’il en est de même pour la teigne, avec la différence que si la teigne est enfilée simplement au 2/3 (en la piquant sous la tête coté ventre et en ressortant l’hameçon à 3 ou 4mm du bout) elle a déjà un tout petit peu plus d’allure et d’intérêt. Il est bon de dire également que cette même teigne peut être simplement piquée sous la tête (simplement épinglée sur un hameçon à tige courte) et se transformer ainsi en un appât léger pour pêcher les eaux d’étiage par exemple (choisir dans ce cas là des teignes de petite taille si possible).
      2° – La teigne émet des effluves appréciées par la truite ce qui n’est pas le cas du ver de farine.
      On sait tous bien que tout peut arriver donc, il est possible de p^cher avec un ver de farine et d’attraper quelques poissons, mais là comme ailleurs, il est bon de savoir pourquoi, c’est ainsi que progresse une technique de pêche.

      1. …bonjour,je suis du même avis que P.sempé pour les deux appâts que sont le vers de farine et la teigne.
        Je n’utilise moi même aucun des deux.
        Depuis fin 2014 il existe des teignes qui sont plus petites qu’un asticot.
        Perso,j’ai essayé ….c’est pas ma tasse de thé et à plus de quatres euros la boîte cela me laisse perplexe.
        Le vers de farine est un excellent appât pour la pêche en lac et en étang!
        Mais la le côté attractif est simplement de la faire tourner comme une hélice…
        Il faut placer deux vers…..c’est une très bonne façon pour leurrer les AEC.

      2. Merci Robert.
        Je m’attendais un peu à ce type de réponses. Je partage ces opinions, sauf peut-être sur la teigne avec laquelle j’ai réussi de belles pêche, surtout par eaux basses. Mais je reproche aux teignes du commerce leur grosseur trop importante.

      3. La teigne est pour moi un très bon appât qui peut faire ses preuves sur toute la saison grâce, comme on l’a dit, à sa polyvalence (appât lourd ou léger), mais comme tous les appâts, il faut qu’elle soit utilisée au bon moment et surtout il faut y croire. Si o ne croit pas à un appâts, on dégage sûrement un fluide négatif et alors le résultat est en rapport.

  22. Bonjour monsieur SEMPE,j’ai pratiqué le toc jadis à la télé- réglable puis la mouche, je ne remercierai jamais assez d’avoir connu notamment grâce à vous la pêche au toc avec la canne anglaise.Sur les articles traitant du matériel toc on aborde souvent l’utilité de telle ou telle type de canne pour ses avantages en fonctions des circonstances des lieux de pêche.Mais jamais sous l’angle du plaisir.Or aucun autre type de canne peut rivaliser en légèreté et plaisir au combat avec la canne anglaise( la seule qui m’a fait trouver un plaisir équivalent à la pêche en mouche sèche avec des cannes pour soie 4).
    Vous arrive t-il de « vouloir l’utiliser à toutes les sauces » y compris quand c’est à son désavantage, faisant passer ainsi ?le plaisir avant le bon sens

    1. Vous touchez là un point délicat qui concerne surtout les pêcheurs qui ont fait le pas en avant vers la pêche que l’on pratique. Je crois tout de même qu’il n’est pas rationnel de se laisser endormir par une canne que l’on trouve plus que merveilleuse sur tous les points. Si par exemple on a une 3m90 que l’on a jugé « irremplaçable », elle a dû en certaines occasions, obligatoirement ne pas répondre merveilleusement à nos besoins et il a fallu que nous compensions, par exemple petite rivière avec la végétation plus proche de nous que sur la grande, gênant ainsi notre gestuelle. Si dans ce cas nous avions eu une 3m60, elle nous aurait apporté plus de plaisir que le 3m90. Tout cela peut être retourné et il est logique de dire que si la 3m60 fait que l’on se régale avec, dans certaines conditions une 3m90 nous régalerait encore plus.
      Mais on dit que l’amour rend parfois aveugle………..

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s