Comment choisir sa canne ?

Quelle canne pour la pêche de la truite aux appâts vivants ?

Plus on y réfléchi et plus nous sommes persuadé que l’on oubli des points importants qui conditionneraient notre choix de manière judicieuse et réaliste. Pour ces raisons, loin de ma pensée d’avoir la prétention de ne rien oublier ou pire encore de tout savoir ! Simplement communiquer ce que j’ai cru apprendre et retenir après quelques années à pratiquer cette technique de pêche dans tous les environnements et situations.

Quelques éléments déterminants à ne pas négliger : les lieux habituels, la technique de pêche, les qualités de la canne, les plaisirs recherchés…

CONDITIONS DE PÊCHE

Ruisseaux très encombrés par la végétation, donc déplacements et positionnements difficiles.

Deux cannes peuvent répondre à cette situation :
1° téléréglable ayant un encombrement réduit et une longueur totale dépliée de 4m environ.
2° fil intérieur de la même longueur avec un talon téléréglable qui réduira également l’encombrement.
Les qualités demandées à ces cannes seront :
–      une action de pointe très marquée et soutenue
–      un téléréglage qui tienne et bloque bien
–      de bons anneaux « sic » pour l’une et un très bon entretoisage pour l’autre (la glisse est toujours importante)
–      un ratio poids/équilibre qui rende la canne légère, car on pêche toujours (ou presque) sous la pointe du scion, avec la canne parallèle à l’eau. Penser que l’on ajoute un moulinet à la canne qui joue dans l’équilibre.

Choix : téléréglable faible encombrement

Ruisseaux avec végétation clairsemée. S’il n’est tout de même jamais trop facile de bien se positionner, la remontée du cours d’eau ne se fait plus dans la « jungle ». Notre gestuelle est de ce fait facilitée dans tout l’acte de pêche.

3 cannes peuvent être utilisées :

1° téléréglable déjà vue en choisissant un encombrement plus important qui donnerait une longueur de canne de 5 à 6 m maximum. Au-delà les cannes sont généralement grosses, lourdes, difficiles à manier.
2° fil intérieur avec talon réglable pour une longueur de 4,5 m environ ou une 4 m normale.
3° canne de 3m30 environ, anneaux extérieurs, qui dans ces conditions pourra rendre service dans le lancer de la ligne sur des coups difficiles voir inaccessible avec une autre.

Les qualités demandées des cannes :
–      les mêmes que citées précédemment pour les 2 premières.
–      canne anneaux extérieurs : légère très agréable à manier, gestuelle facile, action nerveuse et rapide, bons anneaux.

Choix : égalité des cannes, seule la technique que l’on pratique sera déterminante.

Photo1 » Pêche sous la canne « 

Torrents. Généralement en montagne, donc peu ou pas de végétation gênante. Difficulté d’approche pour ne pas être vu. Les rochers ou dénivellations aideront à être discret. Il faudra dans pas mal de cas lancer la ligne ou l’on voudra pêcher et non l’y poser car il y aura l’éloignement pour la discrétion.

Les 3 cannes peuvent être utilisées.

Choix : Dans ce cas également les 3 sont envisageables. Généralement les pratiquants du torrent pêchent sous la canne et, la logique veut qu’il soit utilisé une téléréglable longue, qui évitera tout lancer et aidera un juste positionnement grâce à sa longueur. Quelques pêcheurs aimeront aller chercher quelques poissons un peu loin en se postant en amont du coup et en y lançant la ligne. Dans ce cas la 3,30 m anneaux extérieurs aura son utilité.

Rivières moyennes. Le déplacement et l’approche n’est plus un problème, mais les arbres et buissons ne sont pas très éloignés de nous et cela dérange la gestuelle, que se soit dans les lancers, ferrées ou port de la ligne pour la dérive. Pour ces rivières larges de 4 à 8 ou 9 m la longueur de la canne revêt une importance capitale. La fibre de carbone n’aime pas les chocs (les ferrages dans les branches) et notre ligne n’est pas faite pour être pendue à des branches à 3 ou 4 m au dessus de notre tête. Il faut pouvoir pêcher sans être en permanence à 4 pattes ou attentif à ne pas taper ou accrocher.

Les 3 cannes seront toujours d’actualité dans le choix.

Pour l’inconditionnel de la pêche sous la canne il pourra continuer à pratiquer avec la téléréglable, mais attention, on entre dans une pêche qui va demander plus de sensibilité, de précision, de dosage !

La fil intérieur devra tout d’abord avoir une glisse plus que parfaite (ce qui n’est pas son point fort par temps humide ou pluie), une action plus souple que celle que l’on pouvait utiliser dans les petits cours d’eau, car le lancer de la ligne va être important. Mais, si l’on veut une fil intérieur courte elle sera obligatoirement un peu trop rigide. On aura donc une canne de 4 m, trop longue et pas en accord avec cette situation de pêche.

La canne anneaux extérieurs a ici toute sa raison d’être. Une longueur de 3,60 m, avec une tenue à environ 45 à 50° par rapport à la surface de l’eau pour assurer de bonnes dérives. Une action rapide et précise, un bon rapport poids / équilibre, en fera l’outil incontournable.

Choix : Canne anneaux extérieurs 3m60

Photo2 » Position de canne à 45 / 50° « 

Grandes rivières. En ces lieux je crois qu’il faut oublier la pratique sous la canne et vivre la pêche en rapport de ce qui nous est offert. Des largeurs importantes, des volumes d’eau supérieurs, des coups plus grands et quelquefois éloignés et, un environnement souvent à bonne distance dans la mesure où le pêcheur est souvent dans l’eau. On va pouvoir ne se concentrer que sur sa pêche !

Cannes à considérer :

Fil intérieur 4 m en 3 ou 4 brins qui on le sait devra posséder  une action souple sur au moins le tiers de la canne (en pointe), plus une progression possible jusqu’au milieu. La glisse sera elle aussi mise à l’épreuve pour les accès à des veines d’eau éloignées. Dans le cas de plombées légères (ce qui est de plus en plus courant en période d’étiage avec les niveaux bas ou très bas) je crains quelques difficultés pour prospecter des coups au delà de 10 m environ.

Canne anneaux extérieurs d’une longueur de 3,90 m en 3 ou 4 brins. Cette canne doit posséder : une action progressive qui détermine la nervosité, la rapidité, la précision et la sensibilité, une bonne qualité et positionnement d’anneaux, une réserve de puissance, un ratio parfait poids / équilibre (avec le moulinet). Sa longueur bien utilisée sera suffisante pour exécuter de parfaite dérives (sans dragage). Il faudra pour cela assurer une tenue de canne à 45 / 50° comme vu précédemment.

Choix : Canne anneaux extérieurs 3,90 m

Photo3 » Gestuelle importante en grande rivière « 

Suivant la pêche que l’on connaît et que l’on aime, il paraît évident que les choix seront différents.

Faites le bon choix et prenez un immense plaisir à pratiquer votre technique. C’est ce que je vous souhaite pour 2013.

Publicités

16 commentaires sur “Comment choisir sa canne ?

  1. merci pour cet article très concis; Entièrement d’accord, sauf en torrent, je préfère une anglaise en 3 m 60 à une canne très courte, car c’est plus facile de rester à côté des cailloux avec une canne un peu plus longue.Une pêche sous la canne à l’anglaise en quelque sorte quand le poste ou les conditions le demandent

  2. Un récapitulatif bien très utile,pour mes chois à venir!
    En ruisseaux,je possède deux Fi dont j’ai difficile de me séparer une 3.71 et l’autre de 3.90
    réglable sur un brin soit 3.50 ou 3.90….mais fabriquée à ma demande.
    Je vais essayer cette année une anglaise courte,surtout pour le poids de celle-ci.
    Merci pour ce post très instructif.

  3. On se rend compte au fil des saisons que la canne totalement polyvalente n existe pas . Il est sur que suivant les rivières péchées une longueur va etre beaucoup plus utilisée tout au long de l année . Par contre une autre question que l on peut se poser est celle de la puissance . En effet il faut toujours a mon avis privilégier le plaisir , donc il est inutile de pécher avec une canne capable de sortir une carpe en 24 centièmes si on attrappe la plupart du temps des truites de 25 cm .
    Donc pensons plaisir avant efficacité absolue . Et si par chance on « attelle » un très beau poisson , on constatera que la canne que l on croyait légère est capable de nous tirer d affaire .
    Avec beaucoup plus de sensations…..

  4. C est vrai que la canne courte peut etre un avantage sur un grand cours d eau a la belle saison si l on veut vraiment avoir une ligne très vivante . Par contre j oublie pas tes conseils Patrick , quand il s agit en début de saison de maintenir sa ligne la plus verticale possible , pour que l appat soit bien plaqué au fond par le courant , c est souvent le seul moyen de faire un poisson quand l eau est très froide ou que le courant est très fort . Il faut surtout pas rester dans des habitudes routinières avec la meme ligne et la meme tenue de canne tout au long de l année . C est souvent contre productif . Mais bon on parle plus de canne la ….

  5. Bonjour,

    Possesseur d’une Driva en 3,90 m, j’aurais voulu, s’il était possible, en savoir un peu plus sur la fabrication de cette canne. En effet de part sa forme et son action, cette dernière m’a toujours fait penser à une canne à mouche.
    Peut-on en savoir un peu plus sur :
    – la marque des blanks que vous utilisez ?
    – l’action de ces blanks ?
    – est-ce que ce sont des blanks réservés à des cannes au saumon ? Si oui, peut-on avoir une référence ?

    Merci d’avance.

    Frank.

  6. Tout d’abord, une belle et heureuse année 2013 remplie de très jolies sorties en rivières. Pour moi, ce sera forcément la Corse (il y a de quoi faire..) avec toutefois quelques sorties sur le « continent ».
    Ensuite, merci pour cet article, et les commentaires qui vont avec car je pêche jusque là avec une 3,90 en 3 brins, mais certains de nos cours d’eau seront sans doute mieux prospectés en diminuant un peu la longueur (mais j’aime trop les sensations de la 3,90), et puis peut être une 4 brins pour les passages à quatre pattes (nos bords de rivières ne sont pas toujours les plus praticables.
    Une question à Pierre (enfin, si je pouvais me permettre) :
    – Prévois tu des essais de différentes cannes pendant tes stages ? Pour nous permettre de relever ce qui nous met le plus à l’aise dans les différents milieux. S’il est utile de considérer les abords de rivière, l’eau, le poisson,….le plaisir de notre propre personne me paraît être ce qui nous rassemble autour de ces poissons. Donc, pour ma part, je me déclare très intéressé par des essais de cannes au cours d’un stage en Corse dont je ne doute pas qu’il aura lieu bientôt (au fait, tu as le bonjour de Mr BATTESTINI que j’ai croisé hier et avec qui nous avons bien sûr parlé de notre passion.

    Merci pour ces articles, et à très bientôt

    Maurice

    1. Merci pour le mail. En 1° saches que tu peux me poser des questions quand bon te semble et tu ne me dérangeras jamais. 2°, pendant les stages il y a toute possibilité d’essayer du matériel, de pêcher avec des appâts non habituels etc….Un stage est fait bien sûr pour apprendre beaucoup de choses mais également pour satisfaire sa curiosité et passer des moments merveilleux d’émotions, de sensations, de partages.
      Il est vrai qu’il y a beaucoup de chances pour que quelques stages se fassent en Corse, n’hésites pas à me relancer, mais normalement tu auras des infos.
      Envoies le bonjour à Monsieur BATTESTINI.

  7. Qu’elle canne choisir pour pêcher dans les torents du côté d oloron Je vais à la pêche dans les Pyrénées tout les ans et je m énerve (pêche au toc) merci pour vos conseils Alain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s